Magazines américains: de moins en moins de papier, de plus en plus de web

On va encore dire que je suis pessimiste. En tout cas quelques jours après le « Christian Sciences Monitor » , voilà un nouveau magazine américain qui s’engage dans la voie du tout numérique: US News & wordl Report. C’est Howard Kurtz, rédacteur au Washington Post (WP) qui vient de raconter l’histoire reprise par MediaPost. Elle est désormais tristement banale: pour faire face à ses difficultés financière, le magazine était passé d’une publication hebdomadaire à une publication bi-mensuelle au début de l’année; il va maintenant tenter de se réinventer en publication web avec un magazine mensuel entièrement et uniquement consacré aux questions de consommation comme les classements des universités et des hôpitaux (ce qui était déjà sa spécialité).

Fondé en 1933, basé à Washington et propriété du prommoteur immobilier Mortimer Zukerman, « US News & World Report » qui fut naguère un rival de Time et Newsweek (sa diffusion est encore de 2 millions d’exemplaires pour 3,4 millions pour le Time et 3,1 millions pour Newsxeek) , a été peu à peu vidé de sa substance par les réductions d’effectifs régulière. Le personnel a reçu une note du président Bill Holiber et de l’éditeur Brian Kelly, note qualifiée par le WP « d’ étonnement optimiste »:

« en basculant sur le web où notre site attire environ 7 millions de visiteurs uniques par mois, nous restons dans le peloton de tête des médias dans un environnement changeant et nous faisons même un meilleur travail en poussant nos lecteurs à réagir aux inforamtions que nous leur fournissons(…) Pour tous ceux qui ont travaillé si dur pour rendre cette transition possible, disons adieu au web2.0 et bonjour au journalisme5.0. »

La note précise que la rédaction produira des analyses, des informations quotidiennes mises actualisées, des blogs, des newsletters, des classements, des guides et des vidéos. Toutefois de nouvelles réductions d’effectifs ne sont pas à écarter.

Au cours des jours précédents, Conde Nast avait annoncé qu’il allait réduire de 12 à 10 parutions ses magazines « Portofolio » et « Men’s Vogue ». Les groupes Hearst (« Cosmopolitan », « Harper’s Bazar », « Esquire »…), Rodale (« Men’s Health », « Women’s Health », « Runner’s world », « Best Life »…) qui viennent de perdre de 3 à plus de 10% de leurs recettes publicitaires vont réduire leurs effectifs d’au moins 10%. Même « Playboy » n’est pas épargné par la crise avec 55 licenciements en octobre.

Ce contenu a été publié dans cross medias, journalisme, presse, web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.