Avenir de la presse et du journalisme: Guy Birenbaum fait un constat douloureux

Tout petit extrait d’un long entretien décapant réalisé par deux étudiants de HEJ de du master de journalisme de l’Ecole Professionnelle de la Faculté de Droit et Science Politique de Montpellier, Aurélia Hillaire et Antoine Jaunin, sur le site de l’école

Autant je ne crois pas du tout que les livres disparaîtront, autant les journaux, tels qu’ils sont là, ils seront morts. Parce qu’en France, il y a cette particularité qui fait qu’on ne pourra jamais s’en sortir, sauf avec la pompe à finance ou des mécènes…

Les réactions que ce texte suscitent sont aussi fort révélatrices, notamment celle du patron de l’école Paul Alliès.

Ce contenu a été publié dans journalisme, presse, web, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Avenir de la presse et du journalisme: Guy Birenbaum fait un constat douloureux

  1. Claire dit :

    Si je peut me permettre, cette interview provient du site des étudiants en journalisme de l’université Montpellier 1 et non de HEJ.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.