Etats généraux de la presse: le constat en 14 points du Groupe « Le choc d’internet »

20minutes.frs’est procuré les conclusions du Pôle 3 («Le choc d’Internet, quels modèles pour la presse écrite?») des Etats Généraux de la Presse Ecrite. Elles reposent sur un diagnostic réalisé par divers intervenants, et résumé par le responsable du pôle, Bruno Patino (directeur de France Culture et ancien pdg du Monde Interactif) en 14 constats :

1. L’offre globale de médias augmente plus vite que leur consommation.
2. Les annonceurs poursuivent leur retrait des médias.
3. La hausse continue de la consommation de médias va de pair en France avec une dispersion des audiences entre titres et supports.
4. L’accès classique aux médias (TV, radio, imprimé) est minoritaire chez les 15-24 ans français.
5. Les déplacements quotidiens sont l’occasion d’une consommation de médias et de loisirs numériques où le téléphone l’emporte désormais sur l’imprimé.
6. La baisse de diffusion payante des médias imprimés est une tendance française avérée qui recouvre des réalités diverses.
7. La presse imprimée est une dépense mineure dans le budget d’un ménage français.
8. La recette publicitaire de la presse payante s’installe dans une croissance négative.
9. Les quotidiens gratuits ont la plus grande affinité avec le lectorat français de 15 à 49 ans.
10. Le gros consommateur de médias écrits ne se cantonne pas, en France, à un support unique.
11. Le média Internet continue de croître en France, en pénétration et en utilisation.
12. Le smartphone possède un potentiel de bouleversement complet de la consommation de médias.
13. La recette publicitaire tirée d’un visiteur unique est vingt fois moindre que celle d’un lecteur.
14. Google est au cœur des sessions sur Internet et sa vente de publicité en tire parti.

Ce qui m’inspire comme ça deux réflexions:
un, très humblement, je me demande pourquoi il a été nécessaire de réunir des Etats généraux pour constater ce que tout le monde sait;
deux, encore plus humblement, je ne vois pas en quoi ce constat va faire avancer le « schmilblick », car je n’y trouve pas l’ombre de la trace d’une proposition pouvant permettre à la presse de relever le défit d’internet.
Est-ce donc que pour le Groupe 3 la bataille est perdue? Encore une fois je pense qu’il aurait mieux valu ouvrir un grand concours doté de prix permettant aux meilleures idées d’être réalisées pour sortir l’information du marasme dans laquelle la presse l’enfonce par son conservatisme désespérant.

Ce contenu a été publié dans journalisme, presse, web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>