Etats généraux de la presse: le futur sacrifié au présent

J’ai eu le « privilège » d’être coincé par la neige dans la région d’Aix-Marseille et de mesurer ainsi la vacuité de l’information sur les conditions de circulations et météorologiques (s’entendre dire qu’il faut rester à la maison quand on est déjà sur la route ne sert à rien), je n’ai donc pas suivi en direct la remise du livre vert faisant la synthèse des travaux des Etats généraux de la presse.

Beaucoup de choses ont déjà été dites; entre autres:

L’analyse la plus pertiente que j’ai lu est celle de Bertrand Pecquerie, de l’Association mondiale des journaux, dans un entretien avec « Libération » intitulé «La notion du papier comme mass-média ne sera plus vraie à l’avenir».

Je crains en effet comme Bertrand Pecquerie que ces propositions aient pour seul objectif de donner un peu d’air aux comptes d’exploitation des entreprises de presse en obtenant de l’Etats un peu plus de subsides sous la forme d’un gel des tarifs postaux et d’une affectation supplémentaire de dépenses publicitaires. Tout cela bien sûr le grand air de l’indépendance de la presse. Un peu d’air donc mais pour faire quoi? Je n’ai pas vu dans tout ça la description de l’entreprise collecte, de mise en forme et de diffusion d’information de demain. On reste sur les structures en silos qui sont entrain d’exploser.

Manifestement personne chez nous n’est encore prêt à entendre le conseil que donnait récemment Edward Roussel sur le site de la fondation Nieman: « Pour préparer le futur, il faut zapper le présent ».

To Prepare for the Future, Skip the Present
‘… today’s obsession with saving newspapers has meant that, for the most part, media companies have failed to plan adequately for tomorrow’s digital future.’

Mais pour cela il faudrait avoir dépassé le stade 3 de ce que Philippe Couve décrit comme « Les 5 étapes de la mort annoncée du journalisme de papa »:

1. Déni / Internet et les blogs, c’est juste un effet de mode. Ca va passer.
2. Colère / Les blogueurs ne sont pas des journalistes, on ne peut pas tout comparer.
3. Marchandage / Les gens vont s’abonner pour avoir accès à une information de qualité.
4. Dépression / Un nouveau plan social. Nous allons tous perdre notre boulot.
5. Acceptation / Les choses ne sont plus comme avant mais le monde ne s’arrête pas de tourner pour autant.

Ce contenu a été publié dans cross medias, droits d'auteur, e-paper, imprimerie, journalisme, presse, syndicats, web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Etats généraux de la presse: le futur sacrifié au présent

  1. admin dit :

    « Les clés de la presse » (lettre d’infos sur les médias français) ont consacré aux etats généraux un blog consultable ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.