Comment faire la course en tête?

Lemonde.fr le redoutait depuis un moment. Ce serait arrivé: lefigaro.fr a affirmé hier qu’il vient de passer en tête dans la course à l’audience que se livrent les sites d’informations issus de la presse généraliste nationale selon les chiffres donnés par Médiamétrie/netratings. L’équipe du Figaro est fière de la performance:

Mission accomplie. Au mois de juin 2008, lefigaro.fr est devenu le premier site d’information en France dépassant pour la première fois celui du Monde. Selon les premiers résultats du panel Médiamétrie/Netratings, 3,17 millions de visiteurs uniques sont allés consulter le site du quotidien, de son supplément féminin Madame Figaro et des autres sites d’information du groupe portant sa marque. En incluant l’audience des sites sport24.com et evene.fr, propriétés du groupe Figaro, son audience Internet dépasse les 5 millions de visiteurs uniques.

Je pense que ce cri de victoire est largement à destination des annonceurs et de leurs régies (la prime au premier est forte) et que lemonde.fr (qui ne me semble pas figurer dans la liste des groupes scoucripteurs à l’étude CybereStat à laquelle Le Figaro fait référence) opposera ses chiffres (plus de 40 millions de visites contre moins de 28 millions pour le concurrent) validés eux par l’OJD. Et Alexa me donne le même résultat.

Bref lefigaro.fr s’est fait un coup de pub dont je retiens la nécessité de plus en plus impérieuse d’avoir un système de mesure de l’audience définitivement fiable et indépendant (ça ce serait un vrai service public)
Il faut aussi retenir du communiqué de victoire la mise en perspective historique (façon « c’est pas tout de partir le premier ») qui en est faite:

Parmi les pionniers de la presse française sur Internet, Le Monde a développé très tôt une stratégie de site d’information en ligne. En octobre 1996, une des premières versions du site lemonde.fr permettait d’accéder aux dossiers du journal, à un espace dédié aux Festivals de Cannes et de Venise, et de fouiller une partie réduite de ses archives. La même année, le site du figaro.fr se bornait à proposer la une du quotidien et de s’inscrire au cross du Figaro.

Un important coup d’accélérateur au développement Internet du Figaro a été donné à partir de la fin de l’année 2005. Le développement de nouvelles thématiques, comme le féminin ou le patrimoine, l’insertion de contenus vidéo, dont l’émission politique «Le Talk Orange-Le Figaro», le lancement de blogs et un travail sur le référencement du site ont permis d’acquérir la première place sur l’information. Résultat, l’audience du site lefigaro.fr a progressé de 70 % en un an.

.

Pendant que Le Monde et sa fililiale Le Monde interactif (opératrice de lemonde.fr) se regarde en chien de faïence les nouveaux patrons du Figaro ont décidé de mettre le feu sous les casseroles avec l’objectif avoué de reconquérir le marché des petites annonces (emploi, immobilier, automobile) qui ont déserté les colonnes des quotidiens:

les petites annonces immobilières ou d’emploi représentaient, il y a une dizaine d’années, un chiffre d’affaires d’environ 120 millions pour le groupe Figaro. Le basculement de ces annonces vers le Web a pu être compensé avec la création du groupe Adenclassifieds, dont le groupe Figaro détient 54 % du capital. D’ici à la fin de l’année, l’ensemble des supports physiques et numériques du groupe devraient retrouver le volume d’activité qui était le leur sur les annonces classées.

Lemonde.fr a eu une stratégie différente. Arts interactifs qui aurait pu être ce qu’est devenu evene.fr a été abandonné, LePost.fr dont le modèle est ohmynews est une ouverture vers le journalisme citoyen qui n’est pas encore complètement aboutie et qui se heurte à l’incompréhension totale de la rédaction du Monde. Est-ce que la nouvelle formule de lemonde.fr mise en ligne depuis quelques jours permettra de « faire la différence »? Pour ma part je trouve qu’il s’agit surtout d’une mise à niveau du graphisme de la précédente version qui avait assez mal vieilli et d’une intégration de fonctionnalités de ce qu’il faut bien appeler web2.0. Fondamentalement rien de changer.

Je crains qu’une occasion de prendre un avantage décisif n’est été perdue par mes anciens petits camarades. L’occasion c’est celle que procure les moteurs de plateformes sociales type ning. Une rédaction est une communauté. Dans cette communauté chaque rédacteur à son espace. Il écrit des articles, rédige des notes, alimente des forum, dépose des photos ou des vidéo. Le rédacteur peut proposer à l’administrateur l’accès à toute la communauté et au public de son travail. Ce travail suscite alors des réactions… La communauté peut être élargie aux abonnés qui auront un statut différent de celui des rédacteurs mais qui pourront déposer leur contribution. Un autre cercle peut être créé avec les simples visiteurs… Une sélection de toutes ces contenus peut être exportées pour impression sur papier, diffusion sur mobile, etc… Cette structure suppose une restructuration complète du travail des rédacteurs et des éditeurs, la production du journal imprime n’étant plus au coeur du dispositif mais en parallèle dans le dispositif de traitement et de diffusion de l’information. C’est le véritable changement de paradigme que tout le monde cherche sans le trouver.

Ce contenu a été publié dans cross medias, journalisme, web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Comment faire la course en tête?

  1. JeanBaptiste dit :

    On assisté à même bataille de chiffre au Royaume Uni entre le Guardian et Telegraph :)
    Curieux que LM n’est pas repris la présentation rivière de news comme 20minutes et Figaro. Avec répétition de la une sous chaque article pour les lecteurs arrivé direct de Google, La 1er video en bas du 2e écran et ca semble fixe, les plus commenté etc… en 3 écran, photo en 4em avec un sondage. On n’a pas changé grand chose et relégué l’interactivité assez bas. La paradigme Journaliste et Lecteur n’a pas changé non plus.

  2. steph dit :

    amusant !
    Quand lemonde.fr était encore en tête (chiffres Nielsen-NetRatings de mai), il ne se privait pas de le faire savoir, et ça ne choquait personne :
    http://www.lemonde.fr/technologies/article/2008/06/18/la-course-a-l-audience-des-sites-d-information-s-accelere_1059702_651865.html

    Mais maintenant que lefigaro.fr est passé devant, il faut absolument changer de thermomètre, car celui-ci est forcément cassé… Et on fait donc appel aux chiffres OJD que personne n’utilisent habituellement…

  3. admin dit :

    Steph,
    je ne suis le porte parole de personne aujourd’hui, même si je garde une affection certaine pour le Monde interactif que j’ai créé en 1998 et présidé jusqu’en 2000. Ce que je constate c’est que chacun y va de son cocorico en utilisant les chiffres qui lui vont bien: nielsen pour lemonde.fr; médiamétrie pour lefigaro.fr. Et il y a aussi xiti dont les résultats sont certifiés par l’OJD pour les éditeurs de presse traditionnels. Je pense donc qu’il faudrait éclaircir le débat avec une méthode de comptage unique et indépendante qui ne soit pas forcément dépendante du « taggage » des pages. Pour le reste on est en présence de deux stratégie de développement différentes: le Figaro a choisi pour l’essentiel la croissance externe avec evene et sportcom; Le Monde s’appuie essentiellement sur sa marque (en comptant groupe il faudrait ajouter télérama, le Monde diplo et Courrier international). Ce que je regrettais ici, c’était le manque d’audace du monde.fr dont la nouvelle formule reste très classique; je pense que le basculement vers une plateforme de social networking aurait été plus pertinente en permettant nativement la juxtaposition du travail classique des rédacteurs avec celui de la communauté fidèle à ce titre.

  4. steph dit :

    je critique juste cette réaction très binaire sur pas mal de blogs depuis quelques jours qui est de dire si le figaro.fr est passé devant lemonde.fr sur le panel NNR, c’est que celui-ci est mal fait ou qu’il y a eu tricherie, alors que personne ne contestait ces chiffres jusqu’à présent.
    Je trouve que lefigaro.fr mérite bien plus cette 1ère place que lemonde.fr. Ils sont beaucoup plus réactifs et innovants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.