Le symbole « 20 minutes »

Une dépêche de l’AFP indiquait il y a une dizaine de jour que le quotidien gratuit « 20 minutes » allait lancer une nouvelle formule courant novembre pour offrir à ses lecteurs un journal « plus clair, plus aéré, plus visuel ». Ces opérations de reloockage sont généralement accompagnées de justifications éditoriales révélatrices en fait d’un fosé qui inéluctablement se creuse entre les lecteurs et leur quotidien, fossé que quasiment aucune nouvelle formule avec « plus » de ceci et de cela et avec les nouveautés obligées – typographie et rubriques – ne parvient jamais à combler.

C’est pour moi le signe que la presse d’information gratuite entre dans un cycle comparable à celui de la presse d’information payante et qu’elle va dépenser de plus d’argent et d’énergie sur la forme – visuel, design… Bon courage!

En fait ce qui m’intrigue dans cette affaire c’est son arrière plan humain (qui n’est pas sans rappeler ce qui se passe entre « Le Monde » et le monde.fr). Il y a eu des divergences entre la directrice de la rédaction, Corinne Sorin, et le rédacteur en chef de 20minutes.fr, Johan Hufnagel. Je ne connais pas Johan mais j’ai suivi l’évolution du site depuis trois ans. C’est super bien fait. Suffisamment en tout cas  pour ne pas être ridicule en terme de trafic comparé aux leaders que sont lemonde.fr, lefigaro.fr ou liberation.com.

Or le président de 20 Minutes France, Pierre-Jean Bozo a arbitré en faveur de Mme Sorin. Il dit à juste titre qu’il « ne pouvait pas y avoir de direction bicéphale ». Mais pourquoi avoir donné raison à la patronne du papier plutôt qu’au patron du web? Il y a des éléments du dossier que j’ignore. Il reste la partie émergée de l’iceberg, le symbole, le message, qui en l’occurrence est: « suprématie du papier ».

C’est une caractéristique des réflexes de la presse traditionnelle, elle tombe du côté où elle penche. La presse gratuite en est-elle déjà là? C’est désolant. « 20 minutes » avec son site a une vraie puissance de pénétration. Pour gagner la bataille de l’information qui se livre désormais d’abord sur le web, c’est là qu’il faut mettre ses euros, pas dans la quincaillerie de maquettistes  et de graphistes.

Ce contenu a été publié dans cross medias, journalisme, presse, web, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le symbole « 20 minutes »

  1. Pierre dit :

    ais pourquoi avoir donné raison à la patronne du papier plutôt qu’au patron du web? Il y a des éléments du dossier que j’ignore. Il reste la partie émergée de l’iceberg, le symbole, le message, qui en l’occurrence est: “suprématie du papier”.

    Peut-être parce que selon Bozo lui-même « 98% des revenus de 20 Minutes France viennent du print » ? ;-)

    A lire chez Eric Scherer le résumé d’un entretien avec Bozo fort instructif.

  2. admin dit :

    Effectivement cet entretien est très instructif, il montre que M. Bozo ne connaît pas les travaux de Robert G. Picard, un expert de premier rang sur l »économie des médias, a notamment fait une conférence à Madrid sur le phénomène de ciseau entre les revenus du print qui chutent et ceux du numérique qui montent. La conférence était intitulée la vache ou l’entrecôte. Aujourd’hui un éditeur qui dit « entre mes revenus du print (98%) et mes revenus du web, le choix est tout fait » commet une erreur stratégique fondamentale (celle qui est à l’origine de la crise globale de la presse) car plus rien n’enrayera le déclin des revenus du papier, il faut donc investir massivement dans le numérique et opérer les restructurations sociales qui doivent aller avec. Voilà pourquoi je disais que M. Bozo est tombé du côté où il penche. C’est un réflexe comme celui d’un homme assis qui serre les jambes quand quelque chose lui échappe des mains. Ceux qui ont su faire ces investissements et la révolution sociale qui va avec ne sont peut être sorti d’affaires mais au moins ils auront essayer la bonne solution.

  3. jid dit :

    Pour moi, le format papier du « 20 minutes » est supérieur au format « web »: le credo est de le lire dans les transports en commun, pas sur le web.

    Personnellement je lis le « 20 minutes » papier quotidiennement et je n’ai pas souvenir d’être allé sur sur le site autrement que via une requête google (je suis loin d’être un webophobe, je passe mes 8 heures par jour devant l’ordi).

    De plus, j’ai le choix entre le « 20 minutes », le « métro » et le « Direct Matin » mais je ne prends que le « 20 minutes », je n’aime pas les autres maquettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.