Los Angeles Times: un moment historique

Jeff Jarvis parle dans sa chronique au Guardian d’un moment historique: l’éditeur du Los Angeles Times, Russ Stanton, vient en effet d’annoncer que les revenus de la publicité en ligne couvrait les coûts éditoriaux, papier et web, du LAT.

« Il y a cinq ans de cela personne n’aurait cru que c’était possible, mais c’était arrivé » a écrit Russ Stanton dans un e-mail cité par Jarvis. On est ainsi enfin parvenu au point où les recettes en ligne peuvent financer une entreprise journalistique d’importance.

Bien sûr les choses ne sont pas tout à fait aussi simple qu’il pourrait y paraître. Pour arriver à ce résultats le personnel a été réduit de près de moitié, passant de 1200 à 660 personnes. Le montant de loyers n’est pas retenu dans le calcul des coût éditoriaux (qui sont donc sous évalués). Et la publicité a été largement vendue pour le web et le papier (sans qu’on connaisse la clé de répartition). Par ailleurs le LAT peut encore espérer des réductions de coûts en renégociant ses contrats comme l’y autorise la loi sur les faillites sous la protection de la quelle s’est placé le groupe Tribune, son propriétaire.

Reste maintenant à savoir si le LAT va franchir le pas et arrêter sa version papier.
Bien sûr Jarvis pense que le moment est venu d’en finir avec « les énormes coûts d’impression et de distribution ». Russ Stanton a néanmoins déclaré que le LAT resterait imprimé. Il prend ainsi le risque de laisser à un éditeur qui ne serait embarrassé par la culture du « print » l’occasion de trouver une place sur sa zone de chalandise en s’immergeant dans la collectivité locale et en touchant des annonceurs qui ne pouvaient pas s’offrir la publicité imprimée.

Ce contenu a été publié dans imprimerie, journalisme, presse, web. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.